Infrastructures informatiques vu par les DSI.

///Infrastructures informatiques vu par les DSI.

Infrastructures informatiques vu par les DSI.

“Les effets de la mutualisation ne permettent qu’à moins de 5% des entreprises de réduire leur parc matériel”

infrastructures informatiques infographie

« La connaissance approfondie de son infrastructure est indispensable pour mener une politique d’économies d’énergie performante. Il est également essentiel de connaître le volume et la situation des données pour permettre un suivi précis des équipements, préalable à la rationalisation efficace des ressources. »

Les volumes de stockages

« 57% des entreprises ayant communiqué une réponse indiquent connaitre leur volume de stockage informatique soit près de deux fois plus qu’en 2015 et 63% connaissent le nombre de serveurs physiques et virtuels dont elles disposent. Cependant ce sont très majoritairement les petites entreprises de moins de 50 personnes qui sont en mesure de répondre, ce qui témoigne de la difficulté pour les grandes sociétés à connaitre leur parc.

Cette amélioration substantielle de la connaissance des infrastructures constitue cependant une première étape nécessaire pour optimiser l’usage de ressources, que ce soit pour des raisons opérationnelles, économiques ou/et écologiques. »

Le choix de l’infrastructure

« En moyenne les entreprises de moins de 250 salariés disposent de 7 serveurs physiques et 14 serveurs virtuels soit un taux de consolidation moyen de 2. Ce taux reste assez loin des capacités théoriques et montre un potentiel d’amélioration grâce à la mise en place plus généralisée de la virtualisation en adéquation avec le besoin réel de ressources. Pour autant, il ne faut pas oublier les effets pervers de l’absence de décommissionnement de serveurs susceptibles de dégrader indument ce taux. Dans les deux cas, des leviers vertueux sous l’angle écologique peuvent être envisagés pour les entreprises. »

L’évolution et l’optimisation des infrastructures informatiques en 2018

« En moyenne toujours, ces entreprises prévoient un accroissement de 3,4 % du nombre de serveurs physiques et de 7% du nombre de serveur virtuels, ce qui indique une croissance modérée des technologies de virtualisation tout en restant une tendance de fond. On note aussi que seulement moins de 5% des entreprises prévoient une diminution de leur parc serveurs ce qui peut être interprété notamment par le développement des usages, l’exigence d’une résilience améliorée ou/et l’absence de décommissionnement.

Parmi les actions d’optimisation de l’infrastructure les entreprises, ces dernières privilégient toujours la désinstallation des machines inutiles et la mutualisation des équipements physiques. On note assez peu d’évolution par rapport à 2015, et le fait que cette action, pourtant la plus importante, ne soit traitée que par 35% des entreprises montre qu’il reste un large potentiel d’évolution. »

Source : Alliance Green IT

 

2018-01-08T15:05:04+00:00